Les 10 plus beaux villages du Grand-Est

Patrimoine 29 juil. 2021

Après être passé de châteaux en châteaux dans le Grand-Est. Voici une petite sélection de villages pour compléter le voyage dans cette magnifique région !

Vous pouvez retrouver cette sélection directement sur l'application Henoo en cliquant ici.

Mittelbergheim (Bas-Rhin)

Village de Mittelbergheim, Bas-Rhin (Alsace) (Source photo : Visit Alsace)

Les habitans sont appelés les Mittelbergheimois.

À l’époque, le territoire où est situé Mittelbergheim était déjà occupé par les Francs et par la suite par les Romains. Son nom d’origine est “Berg”, signifiant montagne. Vers le IXème siècle, l’empereur Charles le Gros offre à Richarde, son épouse, ce territoire. Après le décès de Richarde, les terres sont placées sous la tutelle de l’évêque de Strasbourg, qui les cédera ensuite à la famille Berckheim. Celle-ci, au XIIIème siècle, en fait sa résidence principale. C’est à ce moment-là que le nom des terres devient celui qu’on connaît aujourd’hui.

Au XXème siècle, ce village comprenait quelques industries dans le domaine du textile. On y fabriquait principalement de la bonneterie et des chaussons en laine. Malheureusement celles-ci ont toutes disparues.

Mittelbergheim est classé parmi Les Plus Beaux Villages de France.

Neuf-Brisach (Haut-Rhin)

Village de Neuf-Brisach, Haut-Rhin (Alsace) (Source photo : Wikipédia)

Les habitants sont appelés les Néo-Brisaciens.

Les traités de Ryswick, en 1697, mettent fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg qui opposait Louis XIV et la Grande Alliance. À cause de cela, la France perdra la place-forte de Brisach, qui se situe sur la rive allemande du Rhin. Afin de combler cette perte Louis XIV décida de faire une nouvelle ville fortifiée face à celle de Brisach. Il confie ce chantier à ses deux architectes, Vauban et Jacques Tarade. Les fortifications de ce village sont considérées comme l’aboutissement de l’œuvre de Vauban en matière d’architecture militaire.

À partir de 1875, le territoire, alors occupé par les Allemands, voit ses fortifications drastiquement changer. Pour s’adapter aux nouvelles conditions de la guerre. Enfin, une ligne de chemin de fer est construite sur une partie des dehors murs. Puis, en 1945, le village est fortement touché par les bombardements américains. Et depuis 2008, celui-ci est restauré.

Neuf-Brisach fait partie aujourd’hui des douze fortifications majeures de Vauban, qui sont classées au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO.

Givet (Ardennes)

Village de Givet, Ardennes (Champagne-Ardenne) (Source photo : France Voyage)

Les habitants sont appelés les Givetois.

La légende raconte que Saint Hubert a vécu à Givet en 720 et qu’il y a réalisé un miracle. En 855 Givet, est incorporé à la Lotharingie, puis au Saint-Empire. À la fin du Moyen-âge, le village appartenait aux princes-évêques de Liège et il abritait également une résidence épiscopale secondaire.

Charles Quint, ayant obtenu la cession au XVIème siècle, fit construire en 1555,et il la nomma de son nom, Charlemont. Après avoir repoussé une offensive française la même année. En 1699 le traité de Lille complète celui de la paix de Ryswick, est confirme la possession de deux Givet à la France. Puis, Louis XIV fit compléter les fortifications de Charlemont et celles du Grand Givet sous la direction de Vauban.

En 1829, Piret et Lefebvre s’associent et ouvrent une fabrique de crayons de plombagine. Ensuite, ils revendent l’affaire à l’industriel liégeois Léonard Gilbert en 1838. À cause d’un pillage du stock de bois l’affaire s’arrête pendant la Première Guerre mondiale.

Essoyes (Aube)

Essoyes, Aube (Champagne-Ardenne) (Source photo : Villages et Patrimoine)

Les habitans sont appelés les Essoyens.

On suppose que le village existe depuis l’époque celtique. Mais c’est seulement au XIème siècle qu’on retrouve des traces écrites. La seigneurie d’Essoyes est située entre Molesme et Clairvaux. Cela a été la propriété de la famille Sommièvre jusqu’à la Révolution.

La Révolution fit d’Essoyes un chef-lieu de canton du district de Bar-sur-Seine.

Du milieu du XVIIème jusqu’au XVIII la fabrication de papier constituait une activité importante pour le village. Au centre du village, se trouve une église romane qui fut détruite en 1855, puis reconstruite en 1865. En 1763 un incendie ravagea Essoyes, seulement quelques maisons bâties en pierres furent épargnées. La plupart des maisons étaient construites en bois et en torchis puis couvertes de chaume.

Anglure (Marne)

Village d’Anglure, Marne (Champagne-Ardenne) (Source photo : Geneanet)

Les habitants sont appelés les Angluriots.

Le 43ème évêque de Troyes, Anségise , est le premier seigneur de la ville. Les barons de la Crosse y régnèrent de 963 à 1642 tout en rendant hommage à l’évêque. Après la bataille d’Azincourt, les habitants décident de creuser des fossés et d’élever des murailles, pour protéger la ville des Anglais. Malheureusement, le village est livré par Etienne d’Anglure, cependant reprise par les troupes de Charles, roi de France, en 1431. Toutefois, le seigneur d’Anglure a mis le feu au château, et les vainqueurs ont rasé les murailles faites par les habitants.

En 1580, les habitants relèvent une nouvelle fois les murailles avec l’accord du roi et sous les ordres de Seranin Marcilly qui est capitaine élu d’Anglure. Le village subira deux incendies, le premier eu lieu en 1607 et le second en 1609.

Fin 1789, la commune se pare d’une garde municipale, avec 71 personnes du village avec Moreau comme commandant.

Châteauvillain (Haute-Marne)

Village de Châteauvillain, Haute-Marne (Champagne-Ardenne) (Soure photo : Wikipédia)

Les habitants sont appelés les Castelvillanois.

Châteauvillain, est un ancien village fortifié, situé autour d’un castrum (camp romain) antique, à proximité de Chaumont. L’histoire de cette ville est étroitement liée à la maison Châtillon. Puis il est mention de la construction d’un château en 1160 sous les ordres de Hugues III de Broyes, donc un donjon et une enceinte enfermant le château sont édifiés. Cela ce fait autour du quartier des Crées.

En 1620, le comté de Châteauvillain est acheté par Nicolas de L’Hospital, marquis de Vitry et d’Arc. Par la suite, il est acheté par Louis de Bourbon en 1699. 1655, le seigneur François-Marie fit élever un mur en pierre de six kilomètres. Il fit cela dans le but de s’adonner à sa passion pour la chasse. Cela deviendra par la suite l’une des principales curiosités du village.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, dans la nuit du 8 au 9 décembre de cette année, quatre compagnies de 56ème régiment provisoire et une section d’artilleurs (de la garnison de Langres) entreprennent un coup de main contre la garnison de Châteauvillain.

Arnaville (Meurthe-et-Moselle)

Village d’Arnaville, Meurthe-et-Moselle (Lorraine) (Source photo : Arnaville Mairie 54)

Les habitants sont appelés les Arnavillois.

Les premières traces du village datent du néolithique dans la grotte sépulcrale de Rudemont.

Avant 1718, Arnaville dépendait d’une part par la Lorraine et d’autre part de la Terre de Gorze. Il ne fut entièrement incorporé au duché de Lorraine que de 1718 à 1766. Le traité de Francfort de 1871 place la frontière franco-allemande entre Arnaville et Novéant. Arnaville sera donc un village-frontière de 1871 jusqu’en 1918. Dès les premiers jours de la Première Guerre mondiale, le village qui n’est pas protégé, est occupé par les Allemands.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Arnaville fut le théâtre de combats dramatiques, au cours de la bataille de Metz. Celle-ci opposait en 1944, la Vème division de la IIIème armée américaine contre la 462ème infanterie-division allemande. Pour la première fois en Europe, l’armée américaine utilise des fumigènes dans une opération offensive. Celle-ci sera un véritable succès.

Fénétrange (Moselle)

Village de Fénétrange, Moselle (Lorraine) (Source photo : Wikipédia)

Les habitants sont appelés les Fénétrangeois,

À l’époque, Fénétrange était un village fortifié. Il était le siège de la famille Malberg qui décida de le scinder en trois parties pour les deux descendants de la famille. Par la suite, celui-ci comprit quatre parties : Schwanhals, Brackenkopf, Geroldseck et Rathsamhausen.

Jusqu’en 1751, c’était la principauté de Salm-Salm qui avait les droits sur Fénétrange et ses alentours. Un temple protestant fut construit en 1804. Évidemment, comme beaucoup d’autres communes, le village fut annexé à l’Empire allemand de 1871 jusqu’en 1918. Sous l’occupation allemande, Fénétrange changea de nom pour Finstingen.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, en 1944, la commune fut libérée au prix d’importantes destruction.

Hattonchâtel (Meuse)

Village d’Hattonchâtel, Meuse (Lorraine) (Source photo : Wikipédia)

Les habitants sont appelés les Chations.

Vers 859, l’évêque de Verdun, Hatton décida d’installer sur une porte, du nom de “Mont aux Bruyères”, sa résidence principale et d’y construire un château. Puis il y établit également une chapelle. Durant le Moyen-âge Hattonchâtel est la première forteresse de l’évêché. En 1352 une charte précise que le village est le principal lieu où les évêques font frapper la monnaie jusqu’en 1546.

Pendant la guerre de Trente Ans, Hattonchâtel est assiégé par les troupes suédoises, qui se retiraient de France, pendant 15 jours. Le village fut malheureusement saccagé et brûlé au cours du siège.

Pendant la Première Guerre mondiale, le village, qui est situé non loin de la ligne de front, est dévasté. Grâce au financement de la femme d’affaires Belle Skinner, il sera reconstruit à partir de 1923 par Henri Jacquelin.

Le Valtin (Vosges)

Village Le Valtin, Vosges (Lorraine) (Source photo : Wikipédia)

Les habitants sont appelés les Valtinois.

Initialement, le Valtin au XIème siècle, ne compterait qu’une chapelle, fondée par les seigneurs de Ribeaupierre. Le village est au XIIIème siècle chef-lieu d’une mairie et d’une paroisse. À cette époque, le duc de Lorraine y possède tous les droits de justice.

Selon la tradition orale, on associe les deux “Valtins” aux fêtes valentines et aux rituels de dônage à la Saint-Valentin ou encore à l’occasion des Bûres (fête des feux de Carnaval). Le nom serait d’origine gallo-romaine et voudrait dire la grange et la maison nécessaire pour nourrir en saison les mineurs. Ou simplement, un autre lieu de restauration ou de repos pour les anciens.

En 1820, la mairie est l’école pour garçon sont construites sous le préfet Boula de Coulombiers. L’école des filles est construite en 1864.

Si cet article vous a plu, vous pouvez découvrir les châteaux à visiter en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne.

Créez et partagez vos propres Noo sur Henoo !

Mots clés

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.