Les 5 plus belles places de France

Patrimoine 2 août 2021

Envie de découvrir l’histoire et l’architecture de vos villes préférées ? Rien de tel que de découvrir l’histoire de leur place ! Nous avons sélectionner pour vous les places les plus belles de France.

Vous pouvez retrouvez d'autres sélections directement sur Henoo en cliquant ici.

Place Stanislas (Nancy)

Place Stanislas à Nancy, Meurthe-et-Moselle

Stanislas Leszczynski, ancien roi de Pologne, à reçu le duché de Lorraine en viager en 1737. Cela se fut dans le cadre d’annexer le duché au royaume de France. La place eut plusieurs noms de 1755 à 1851, ou elle prendra finalement le nom de Place Stanislas. La place eut plusieurs noms de 1755 à 1851, ou elle prendra le nom de Place Stanislas. Au milieu du XVIIème siècle, une vaste esplanade séparait la Ville-Vieille et la Ville-Neuve (construite par Charles III).

D’un côté de la Porte Royale qui sépara les deux quartiers se trouvait la place de la Carrière. Et de l’autre côté se trouvait un terrain vague avec quelques habitations. Puis en 1751 Stanislas convoque le lieutenant de police Nicolas Durvial, pour lui annoncer son projet de construire une nouvelle place. Celle-ci fut créée dans le but d’habituer les Lorrains à leur futur souverain et à s’attirer les faveurs du monarque Louis XV.

Le 17 mars 1752, on pose officiellement la première pierre du premier édifice, le pavillon Jacquet. La place fut recouverte de pavés. De couleur rouge avec des lignes de pavés noirs autour de la statue et le long des trottoirs. En 1759, le duc fait don de cette place ainsi que de la place Carrière et de la Pépinière, à la municipalité de Nancy. Puis à la fin du XVIIIème siècle, la dégradation des pavés est tellement importante qu’ils furent entièrement retirés. Puis au XIXème siècle, une chaussée pavée fit le tour de la place et le centre resta en terre battue.

La statue Stanislas fut installée en 1831 au centre de la place. Le sol de la place fut nivelé, en 1958, pour le rendre horizontal. Puis pour le 250ème anniversaire de la place un grand projet de rénovation est mis en route. La place est inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et est élue 4e plus belle place du monde par le guide Lonely Planet.

Place du Capitole (Toulouse)

Place du Capitole à Toulouse, Haute-Garonne


Pour magnifier leur pouvoir et mettre en valeur leur “Maison commune” les capitouls engagèrent de grands travaux. Entre 1525 et 1530, Pierre de Naves et Laurent Clary, maîtres maçons de pierres élevèrent la tour des Archives . En 1532, une tour de vis est construite. On poursuit les travaux avec la construction de la tour de la Poudre et la prison des Carces, en 1538. L’année suivante, sont édifiés le logis de l’Agasse et la chambre d’Artillerie.

Puis en 1542, les capitouls décidèrent de fortifier le Capitole en faisant édifier une nouvelle façade qui possédait des tourelles de défenses. Enfin, en 1545, les travaux sont terminés par la construction de la chapelle. Des travaux d’embellissements sont faits en 1747. Finalement, la place fut totalement achevée au milieu du XIXème siècle. Pour uniformiser les bâtiments entourant la place des travaux sont faits. Des fontaines dessinées par l’architecte Jean-Antoine Raynaud et réalisées par la fonderie Olin sont installées aux quatre coins de la place. Cependant, elles furent déplacées sur la place des Carmes, lors de son agrandissement.

La place du Capitol prend officiellement ce nom en 1844. Au milieu du XIXème siècle, la place du Capitole devint le cœur de la ville notamment avec son marché. Ensuite, au XXème siècle, la place est bordée de nombreux cafés, de restaurant d’hôtels et de plusieurs entreprises toulousaines. Entre 1950 et 1951, des travaux de rénovation sont engagés par la municipalité, afin de retrouver la couleur brique d’origine sur les façades des bâtiments entourant la place.

Dans les années 1960, la place était largement occupée par un vaste parc de stationnement, la cohabitation avec le marché et les passants devint de plus en plus difficile. Cette difficulté décida la municipalité de créer un parking souterrain en 1967. Entre 1993 et 1995, l’arrivée du métro près de la place fut l’occasion de restaurer, d’embellir, de paver, et de piétonniser la place.

Grand ‘Place (Lille)

Grand ‘Place à Lille, Nord

Jusqu’au XIIIème siècle, le site de la place était occupé par les eaux de la Deûle et par un marais. À proximité de celui-ci, se trouvait la Halle échevinale. En 1271, des travaux de canalisations sont faits. Les eaux libérèrent alors l’espace. Cependant, le site n’est pas très exploité, c’était juste un lieu de passage. Puis l’espace fut dégagé et utilisé pour les activités commerciales du marché. Les premiers aménagements se font fin du XIIIème siècle, ils consistent en majeur partie à aplanir le terrain. Au XIVème siècle, le terrain est rehaussé pour faire face aux inondations lors de grandes crues, à la même époque la place trouve sa vocation définitive, elle sera un marché. La place se para de pavés irréguliers au XVème siècle.

Avec l’accroissement de la population et le besoin d’embellir la place, la Chambre des comptes et l’échevinage achetèrent les propriétés aux alentours. Ils y bâtirent plusieurs boutiques et des infrastructures publiques nécessaires au marché. Malheureusement, la commune endettée, vendit les maisons au centre de la place. Puis le nouveau propriétaire les détruira pour en construire des nouvelles. En 1652, sur les plans de Julien Destre, une bourse de commerce est construite et la chapelle Notre-Dame-des-Ardent est détruite. Puis en 1700, le sol est relevé de deux pieds.

Des années plus tard la place comporte une pyramide composée à sa base d’attributs de guerre et de drapeaux français, au sommet se trouve une représentation de la Renommé. En l’honneur de la résistance des Lillois face au siège de 1792, une colonne de la Déesse est inaugurée en 1845. La place prend son nom officiel de Place du Général de Gaulle en 1944, cependant la plupart des personnes l’appellent, et la connaissent sous le nom de la Grand ‘Place.

Place de la bourse (Bordeaux)

Place de la bourse à Bordeaux, Gironde

Au Moyen-âge, la place de la Bourse fut la première brèche dans le rempart de la ville. En tant que future place Royale, elle fut créée dans le but de servir d’écrin à la statue équestre du roi Louis XV. En 1720, Claude Boucher, l’intendant de la ville, souhaitait ouvrir la ville sur le fleuve, afin de moderniser et d’offrir un visage plus accueillant aux étrangers arrivants de ce côté de la ville. Pour ce faire, une partie du rempart qui entourait Bordeaux fut détruit, ce qui permit la construction de la place. Au centre de la place, fut placée une statue équestre de Louis XV. C’est le sculpteur Jean-Baptiste Leymone qui réalisa celle-ci.

Autour de la place, les façades ordonnancées furent dessinées par Jacques Gabriel, qui était l’architecte du roi. Après la mort de celui-ci en 1742, c’est son fils Ange-Jacques Gabriel qui reprendra la construction de la place avec l’édification du palais de la Bourse qui se trouve au nord. Il sera achevé en 1749. De plus, deux grilles furent construites pour fermer l’esplanade au nord et au sud. Ensuite, le pavillon central fut achevé en 1755, et la place fut inaugurée la même année. Durant la Révolution, la statue équestre fut démantelée et fondue pour en faire des canons. En 1848, la place prend son nom définitif. Enfin, en 1869, à l’emplacement de la statue de Louis XV, est édifiée une fontaine représentant les filles de Zeus, Aglaé, Euphrosyne et Thalie.

Place de la Concorde (Paris)

Place de la Concorde à Paris, Ile-de-France

À l’origine, le site était un marécage, puis au XVIIIème siècle ce n’était qu’une esplanade, où à chaque extrémité s’écoulait des égouts. En 1748, la ville de Paris, en la personne de ses échevins et de son prévôt des marchands, décida d’ériger une statue équestre en l’honneur de Louis XV. La proposition d’Ange-Jacques Gabriel, qui consistait à faire une simple esplanade de terre battue, fut retenue. Même si le lieu est excentré, il peut servir à l’urbanisation de nouveaux quartiers.

Le roi était le propriétaire de la plupart des terres, ce qui permit de limiter les expropriations. Le site sera une place royale qui s’inscrit dans un vaste réseau de places royales qui vont dans plusieurs villes théâtraliser la représentation équestre de Louis XV.

En 1755, c’est l’architecte du roi et Madame de Pompadour qui superviseront l’ensemble des travaux. Malgré le fait que la statue fut inaugurée en 1763, la place fut seulement achevée en 1722. L’architecte Bernard Poyet, proposa au roi un aménagement de la place en construisant des bâtiments aux quatre angles de celle-ci. Le lendemain de l’abolition de la monarchie, la statue équestre de Louis XV fut renversée et envoyée à la fonte. Elle fut remplacée par une Statue de la Liberté de François-Frédéric Lemot.

Lors du dernier jour de la Convention, le gouvernement décida de renommer la place par place de la Concorde. Ensuite, en 1831, le vice-roi d’Egypte, Méhémet Ali, offrit à la France une obélisque qui marquait l’entrée du temple de Louxor. Le roi Louis-Philippe prit la décision de l’ériger sur la place de la Concorde. Finalement, entre 1836 et 1846, l’architecte Jacques-Ignace Hittorff, transforma la place. Il ajouta des fontaines de part et d’autre de l’obélisque et ceintura la place de lampadaires et de colonnes rostrales. La place veut être une célébration du génie naval de la France.

Créez et partagez vos propres Noo sur Henoo !

Mots clés

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.