Les châteaux à visiter en Champagne-Ardenne !

Château 29 juil. 2021

Le moment est venu de conclure notre périple dans le Grand-Est ! Après les châteaux de la Lorraine et de l’Alsace, il est maintenant temps d’aller en Champagne-Ardenne !

Vous pouvez retrouvez d'autres sélections directement sur Henoo en cliquant ici.

Château de Sedan (Ardennes)

Château de Sedan, Ardennes (Source photo : Oui SNCF)

À l’origine du site se trouvait un prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye de Mouzon. Il est mentionné à partir de 1306. En 1424, Evrard II de La Marck-Arenberg prend possession du site. Il décida ensuite de construire un château de plan triangulaire autour de l’église qui devint la chapelle castrale.

Cette construction aboutie en six ans. Le château se profile de manière à avoir un manoir avec deux tours jumelles autour de l’église. Par la suite, se trouvent un donjon résidentiel de forme rectangulaire et une tour ronde, qui a été agrandie. Le châtelet protégeait les tours jumelles qui servaient d’entrée.

En 1440, meurs Evrard II de La Marck-Arenberg. Après cela, c’est son fils Jean de La Marck prendra sa suite et entreprendra le renforcement de la forteresse. Néanmoins, c’est Robert II de La Mack (petit-fils de Jean) qui réalisera les travaux les plus important. En 1530, la construction du boulevard circulaire modernisera les fortifications. De plus, la même année, se construira le logis princier. Suis également la construction d’un, un pavillon de style renaissance et en 1536 le logis du gouverneur. Les terrasses sont créées et l’épaisseur des courtines augmentées passant de 4,50 mètres à 26 mètres vers 1550.

Vers 1550, sont créées les terrasses à canons par remplissage en terre, entre les remparts et une nouvelle muraille prise sur la basse-cour. L’épaisseur des courtines augmentera de 4,50 m à 26 m, jusqu’à un niveau égal à ceux dominant le site. Plus tard, 18 petits logis pour la troupe ont été créés dans ce remplissage. De 1553 à 1559, furent construits deux bastions triangulaires, le logis du gouverneur est terminé et le bastion Fourchu est créée.

Après cela, le château est transformé en garnison. La porte “des Princes” sera construite en 1699 par Vauban. Cela sera la seule construction qui a laissé penser que la forteresse est de qualité. Une plateforme d’artillerie est construite au sommet des tours jumelles en 1828. À partir de 1962 le château fait l’objet de nombreuses campagnes de restauration. Avec 35 000 m2, il est parfois qualifié de plus grande forteresse d’origine médiévale d’Europe

Le château est classé au titre des Monuments Historique depuis 1965.

Château de La Motte-Tilly (Aube)

Château de La Motte-Tilly, Aube (Source photo : Aube Champagne)

Le nom de La Motte-Tilly apparaît pour la première fois en 1369. Cette motte est sans doute l’endroit qu’occupait l’ancien château du Moyen-âge encore présent au XVIIIème siècle. Il semblait protéger un gué sur la Seine en contre-bas. Le vieux château féodal entouré de douves, s’élevait au bord du fleuve.

Le château fut rasé, car il était en mauvais état. Cependant, une partie des matériaux sont réemployés pour la construction du nouveau château. Celui-ci est édifié à partir de 1754. Il est basé sur les plans de l’architecte François-Nicolas Lancret ; à la demande des frères Terray qui en furent les premiers propriétaires. Le but premier de cette construction était d’être une résidence de campagne et d’être un grand lieu de rendez-vous pour la chasse.

Depuis sa construction, la façade n’a pas changé, toutefois les communs n’ont pas eu le même sort. Finalement, ces derniers, on été rasés en 1813 sûrement à cause d’un coût d’entretien trop onéreux. En 1814, le château fut occupé par les troupes cosaques occupèrent le château et utilisèrent les parquets comme combustible.

Par conséquent, vers 1910 un vaste projet de restauration vit le jour. Celui-ci comprenait la recréation des jardins à la française, disparus en 1784, finalement un parc à l’anglaise est privilégié. En 1920, la ferme et une grande partie des bâtiments furent rasés. Les travaux dureront jusqu’au réaménagement des intérieurs dans les années 1960. Le château est ouvert au public depuis 1978.

L’ensemble du domaine est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1946.

Château de Montmort (Marne)

Château de Montmort-Lucy, Marne (Source photo : Wikipédia)

L’ancienne forteresse Montmort datant du Moyen-âge abrita plusieurs propriétaires au fil des années. Le premier, fut le seigneur est Germond de Montmort en 1042. Depuis, le château est toujours occupé par un membre de la famille Montmort. Ayant souffert de la Révolution et des guerres napoléonienne. De ce fait, Raymond Crombez de Montmort décida de réaliser une importante campagne de restauration, de consolidation et de réfection des toitures pour le château en 1900. Après les saccages et les occupations que subit le château au moment de la première et de la Seconde Guerre mondiale, il fut remis en état.

Par ailleurs, les éléments les plus anciens du château datent du XIIème siècle. Construit avec des briques avec des toits en ardoise, il est d’aspect médiéval. Celui-ci, protégé par des doubles douves est accessible par un pont à trois arches qui mène et aboutit à un pont-levis. L’ensemble se compose de trois ensemble superposés. Donnant directement su le bourg, une poterne permet l’accès à la basse-cour entouré de tours anciennes et de remparts. Remaniée au XVIème siècle, la poterne perd son toit pentu, mais conserve ses deux échauguettes d’apparat.

Au centre de la basse-cour, se trouve une chemise (sorte de rempart) en forme de quadrilatère, est complétée à chaque angle par une tour en forme de bastion, l’une d’elles comporte à l’intérieur une rampe hélicoïdale, qui permettait aux cavaliers de passer de la basse-cour au château sans desseller. Au niveau des terrasses situé 14 mètres au-dessus de la basse-cour et au centre du quadrilatère se trouve le château. Les ouvertures multiples faites avec des parements de pierres blanches contraste avec l’aspect austère que peut donner l’édifice, quant à la porte principale, celle-ci arbore un escalier de style renaissance française et dont un battant d’origine, qui est en bois, a été conservé, de plus elle donne sur le vestibule.

Le pont à trois arches permet d’accéder directement au parc entretenu, celui-ci s’insinue dans les fossés et continu jusqu’à la terrasse. Le parc comporte une longue est une large avenue champêtre donnant sur la façade orientale du château et s’étend avec le bois du domaine.

En évoquant ce château Victor Hugo parlait d’un « ravissant tohu-bohu de tourelles de girouettes, de pignons, de lucarnes et de cheminées »

Château du Grand Jardin (Haute-Marne)

Château du Grand Jardin, Haute-Marne (Source photo : Wikipédia)

Le premier duc de Guise, Claude de Lorraine, décida de bâtir le château du Grand Jardin en 1533, il viendra alors en complément du château-fort situé sur les hauteurs de la ville, le château surnommé Château d’En-Haut fut détruit pendant la Révolution. Cela a pour conséquence de donner un autre nom au château du Grand Jardin, le château d’En-Bas, mais celui-ci est très vite abandonner pour le nom qu’on lui connaît aujourd’hui. À l’époque du duc de Guise, le château était principalement dédié aux fêtes et aux réceptions, celles-ci virent les plus grands noms de l’époque comme François Ier, Henri II et sa femme Catherine de Médicis ou encore le roi Louis XIII avec le cardinal Richelieu

Après quelques années aux mains des Guise, ce sont les ducs d’Orléans qui en hériteront jusqu’à la Révolution, au XVIIIème siècle le château a presque été remplacé par une maison de jardinier et un colombier, mais heureusement cela ce n’est pas fait, cependant la demeure commence une lente transformation intérieure, le pavillon de fêtes fait place à une habitation bourgeoise, le jardin quant à lui évolue, des cultures vivrières et une pépinière prennent place. Toutefois, le jardin se voit ôter la moitié pour la construction d’une route Royale..

La dernière grande famille qui acquiert le domaine était celle de Salin en 1856, elle fera les plus grands changements avec la création de six immenses lucarnes, une balustrade en toiture et un escalier principal à volées doubles, de plus il faut compter des aménagements intérieurs, dans les jardins les douves sont comblées au profit d’une rivière artificielle. Dès 1907, les Salin demandèrent à Jean-Joseph Picoré, paysagiste et pépiniériste de réaménager les jardins avec des plantes exotiques et un parc romantique est conçu. Après la Seconde Guerre mondiale, le château était dans un état lamentable, les propriétaires le restaure tant bien que mal. c’est en 1978 que le département acquiert le domaine.

Le château arbore un plan rectangulaire, une élévation qui tend à la symétrie et un emploi des ordres et du vocabulaire ornemental inspiré de l’Antiquité gréco-romaine qui sont les critères architecturaux en vogue sous le règne de François Ier, de plus on rencontre plusieurs thématiques sur les façades, la guerre, la victoire la paix et la renommée est le premier, le second est le jardin et son abondance puis en dernier la généalogie.

Aujourd’hui, le site offre 4,5 hectares de promenade entre patrimoine architectural et végétal.

Le château est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1925, et le jardin en 1991.

Découvrez les châteaux à visiter en Alsace, Lorraine, Bourgogne.

Découvrez le patrimoine et la culture sur l'application Henoo !

Mots clés

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.